Tags: OPTP

Sur la période 2017-2019, la production de coton a progressé de 13,4% soit une production record de 678 000,3 tonnes réalisée lors de la campagne agricole 2018-2019 contre 597 573,2 tonnes au titre de la campagne 2017-2018. Une performance qui a permis au Bénin d’être le premier producteur de coton en Afrique. Les prévisions de production pour la campagne agricole 2019-2020 sont de 732 273 tonnes.

De solides performances économiques 

L’agriculture demeure le pivot de l’économie béninoise qui s’est remarquablement améliorée ces dernières années. Le taux de croissance  de l’économie béninoise est ressorti  à 6,9 % en 2019 contre 6,7 % en 2018. Les performances économiques de 2019 sont imputables à: 

  • la bonne tenue de la production agricole notamment cotonnière et vivrière ;
  • la vitalité de l’activité dans le secteur des BTP ;
  • l’évolution favorable dans la branche de l’agro-industrie ;
  • l’accroissement de l’offre d’énergie électrique ;
  • le dynamisme au Port de Cotonou et ses effets induits sur l’activité de transport et ;
  • le renforcement de l’efficacité des régies financières dans la mobilisation des recettes publiques.  

La diversification des filières d'exportations et le dynamisme du secteur des services jouent un rôle capital dans la bonne santé de l’économie du Bénin. 

Les réformes économiques portent leurs fruits

Le taux de croissance du PIB est attendu à 3,5 % pour l’année 2020 contre une estimation de 6,9% en 2019. Ce ralentissement de la croissance est imputable à l’impact de la pandémie du coronavirus sur l’économie béninoise. Le secteur primaire a enregistré une croissance de 5,2% en 2019, en rapport avec l’accroissement de la production vivrière (céréales et tubercules), la performance notable enregistrée par la production cotonnière et la contribution appréciable des activités d’égrenage.  L’activité du secteur secondaire a progressé de +13,6% en 2019, après +4,8% en 2018, soutenue par les bonnes performances de l’ensemble des branches. Ce dynamisme est favorisé par le renforcement de l’activité de la construction, le dynamisme observé dans les industries agroalimentaires et le renforcement de l’offre d’énergie électrique.

Le secteur de l’énergie est d’ailleurs en pleine expansion avec le lancement au mois d’août 2019 de la centrale électrique Maria-Gléta 2 dans le cadre du Programme d’Action Programme (PAG) 2016-2021. D’une puissance de 127 MW, cette centrale électrique constitue un levier capital pour le tissu économique béninois. Le PAG mis en œuvre depuis 2016, encourage de manière considérable la régulation ainsi que les capacités techniques et fonctionnelles des institutions. Résultat : la création d’entreprises s’est considérablement accrue entre le mois de janvier et le mois d’août 2019. Soit, plus de 19 200 entreprises nationales et étrangères enregistrées selon les statistiques de l’Agence pour la Promotion des Investissements et des exportations (APIEX).

Quant à l’activité du secteur tertiaire, elle a progressé de 5,2% en 2019 sous l’effet de la bonne performance enregistrée dans le sous-secteur des télécommunications, des hôtels et restaurants et des autres services.

En 2020, le déficit budgétaire devrait se creuser à 3,5% du PIB après 0,5% en 2019 du fait de la baisse des recettes, de l’augmentation des dépenses de santé et des mesures de soutien à l’économie induites par la pandémie de la COVID-19. Pour ce qui est de la dette publique, le taux d’endettement s’établirait à 42,6 % du PIB en 2020.

Le Bénin a enregistré des performances économiques remarquables au cours de ces trois dernières années et les perspectives demeurent favorables pour l’économie du pays en témoigne la note A- accordée par Bloomfield à long terme en grade d’investissement. Les plans de développement décennaux lancés en 2019 se poursuivent notamment le plan stratégique de développement du secteur agricole 2017-2025 ainsi que le plan national d’investissement agricole, de sécurité alimentaire et nutritionnelle 2017-2021. Ces programmes sont soutenus par sept pôles (7) de développement agricole avec la mise en œuvre et le prolongement de la promotion des sous-secteurs du coton, du riz, du manioc, de l’ananas, du maïs et de la noix de cajou. 

A la faveur des réformes économiques adoptées au cours de ces quatre dernières années, le Bénin est devenu le premier pays producteur de coton sur le continent africain. Les actions établies pour la mise en œuvre de ces réformes ont également permis au pays de se retrouver à la 149ème position sur 190 pays dans le classement Doing Business 2020, soit une amélioration de quatre rangs (4) par rapport à la période précédente. 

Pour avoir une vision plus complète sur l’économie du Bénin et les perspectives d’investissements, téléchargez la note d’information du Bénin ici

Nouveau call-to-action

Inscrivez-vous à notre blog

New Call-to-action