NI-economie-CI.jpg
 
Fin 2011, la Côte d’ivoire, super puissance sous régionale, sort d’une crise sans précédent qui a divisé le pays en deux. Le défi de la reconstruction et de la réconciliation nationale est grand. Mais le pays a réussi le challenge du redressement économique et politique et se repositionne aujourd’hui au rang des dix économies les plus compétitives en Afrique. Un renouveau économique qui se matérialise par la croissance du PIB, en moyenne de 9% par an entre 2012 et 2015, ce qui permet à la Côte d’ivoire d’avoir la plus forte croissance économique d’Afrique subsaharienne.

Avec une population estimée à 22,7 millions d'habitants, la Côte d'Ivoire représente près de 40% de l'économie de l'espace UEMOA et 60% de ses exportations agricoles. Un poids lourd qui attire aussi bien les investisseurs occidentaux, qu’africains tant les perspectives économiques sont encourageantes comme le confirment les agences de notations telles que Moody’s et Fitch qui créditent respectivement la Côte d’Ivoire de la note de Ba3 avec une perspective stable  et de B+ avec une perspective stable. Des données économiques favorables qui devraient offrir plus de perspectives d’investissements aux bailleurs souhaitant participer au développement économique de la Côte d’ivoire.

Téléchargez la Note d'Information du Marché des Titres Publics

Des indicateurs économiques toujours au vert

La remontée économique de la Côte d’ivoire se traduit par un recul notable de la pauvreté qui passe de 51% en 2011 à 46% en 2015. Ce qui se concrétise par une augmentation du pouvoir d’achat de la population avec un PIB par tête en hausse de 35%. Un regain de forme que le gouvernement veut maintenir grâce au Plan National de Développement (PND) avec un niveau d’investissement qui devrait atteindre les 49,24 milliards de dollars d’ici à l’horizon 2020.

Au niveau des indicateurs macroéconomiques retenons tout d’abord la croissance des secteurs primaire (18,2 %),  secondaire (27,1 %) et tertiaire (33%); et la balance commerciale excédentaire qui profite du dynamisme et de la variété des exportations. Dominées par les produits agricoles, notamment le cacao et les produits pétroliers, les exportations ont ainsi représenté 38% du PIB au cours de la période 2012-2016, alors que les importations de biens représentaient 28% du PIB.

Les secteurs maintiennent leur performance

Les autres secteurs tels que les télécommunications, la finance, le transport, l’énergie et le commerce, ne sont pas en reste dans le succès économique de la Côte d’ivoire. Ces derniers ont également enregistré de bonnes performances à l’instar des secteurs du transport et de l’énergie qui continuent à bénéficier du soutien du PER (Programme Economique Régional) pour l’amélioration des infrastructures routières, ferroviaires, portuaires et aéroportuaires, ainsi que la sécurité alimentaire et la maîtrise de l’eau. Le secteur de l’énergie quant à lui, pourra tirer parti des retombées des investissements réalisés depuis 2012 pour accroître la capacité de production, notamment avec la mise en production du barrage de Soubré en 2017. Des investissements colossaux dans différents secteurs de l’économie qui garantissent à la Côte d’ivoire de bénéficier des retombées des activités dans les transports (10,0%) et le commerce (10,2%) devraient être assez soutenues sur toute la période 2017-2018.

De bonnes nouvelles pour les investisseurs qui pourront profiter d’une inflation moyenne qui ne devrait pas dépasser les 2,0% en 2018, mais également d’une demande qui devrait contribuer à la croissance du PIB réel sur la période 2017-2018, grâce à la croissance continue des investissements (+8,9% en moyenne) et la consolidation de la consommation finale (+8,3% en moyenne).

La Côte d’ivoire a également mis en place de nombreuses réformes pour faciliter les investissements. On pense notamment au nouveau code des investissements qui a débouché sur la création du guichet unique pour la création d’entreprise.

L’optimisme est de mise avec la Côte d’ivoire. De nombreux projets et réformes sont en cours de réalisation avec comme objectif d’améliorer le climat des affaires, de promouvoir un partenariat public-privé efficace et de réaliser les projets d’investissements définis dans le cadre du PND 2016-2020. Ce programme financé par des partenaires financiers bilatéraux et multilatéraux permettra à terme d’accélérer les réformes structurelles et sectorielles en vue du maintien du taux de croissance économique élevé, tout en gardant une maîtrise de la dette publique.

Les données qui sont partagées tout au long de cet article, trouvent leur source dans la note d’information de la Côte d’Ivoire élaborée par l’UMOA-Titres.

 

Pour une vision synthétique de la situation économique de la Côte d’Ivoire, téléchargez l’infographie sur l’obligation synthétique de la Côte d’ivoire.

Sources :

www.banquemondiale.org/fr/country/cotedivoire

www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/cote-d-ivoire

Note d’information de la CI – UMOA-Titres, édition août 2017

Une infographie interactive pour mieux comprendre le fonctionnement du Marché des Titres Publics

Inscrivez-vous à notre blog

New Call-to-action