Tags: OPTP

Le Bénin est entré dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire avec un PIB par habitant qui est passé de 637 246, 97 FCFA en 2014 à 732 277,85 en 2020. L’économie béninoise est dominée par le commerce, l’agriculture et les industries de transformation des produits issues de l’agriculture qui sont des secteurs largement centrés sur les deux produits d’exportation que sont le coton et l’anacarde. 

Situation économique : des performances récentes remarquables 

Le taux de croissance réel du Bénin est passé de 3,3% en 2016 à 5,7% en 2017 avant de s’établir à 6,7% en 2018. Cette accélération de la croissance s’est poursuivie en 2019 avec un PIB en hausse de 6,9%, malgré la fermeture de la frontière nigériane.  En 2020, le Bénin a toutefois été confronté à deux chocs exogènes, celui de la crise avec le Nigéria qui perdure et celui de la pandémie de COVID-19. En dépit de ces chocs, le pays a enregistré une croissance économique de 3,8% en 2020, la plus forte croissance de l’année dans la zone UEMOA. Les dernières projections font état d'une relance de l’activité avec un taux de croissance du PIB de 6,0% attendu en 2021 et qui pourrait atteindre 7,5% en 2023. Si les secteurs portuaires, du transport, de l’hôtellerie-restauration ont été particulièrement touchés, le Bénin a pu compter sur la bonne tenue du secteur agricole en lien avec l’accroissement de la production cotonnière et vivrière. La production de coton est ressortie à 714 714 tonnes de coton-graine au titre de la campagne 2019-2020, en progression de 5,4% par rapport à la campagne précédente. Quant à la production vivrière, elle a progressé de 1,9 %. 

L’économie béninoise a également profité de la poursuivre de la réalisation des grands chantiers d’infrastructure dans le cadre du Programme d’actions du Gouvernement pour soutenir l’activité. 

L’inflation a connu en 2020 une accélération due en partie à la hausse des prix des produits agro-alimentaires. Après +0,8% en 2018 et -0,9% en 2019, elle s’est située à 3,0% en 2020 soit le plafond retenu dans les critères de convergence de l’UEMOA. La tendance en 2021 devrait être orientée vers un ralentissement de la hausse du niveau général des prix avec l’anticipation d’une inflation de 2,0%.

Croissance post-pandémie : des perspectives encourageantes

Le socle de l’économie béninoise repose sur son agriculture qui a connu ces dernières années une nette amélioration mais également sur le transit avec le Nigéria.

Après un ralentissement en 2020, l’économie béninoise devrait afficher un taux de croissance de 6,0% 2021. Cette croissance pourrait atteindre 7,0% et 7,5% respectivement en 2022 et en 2023. Cette dynamique de l’économie béninoise serait due, entre autres, à l’atténuation de l’impact de la COVID-19 et la poursuite de la mise en œuvre de la politique du gouvernement basée sur une transformation structurelle de son économie. Elle serait portée par l’ensemble des secteurs. 

Le secteur tertiaire, moteur de la croissance du Bénin, qui contribue pour près de 50,0% à la formation du PIB devrait progresser de +4,4% en 2021, +5,6% en 2022 avant d’atteindre 6,2% contre +4,9% en 2020 en lien avec l’allégement des mesures imposées dans le cadre de la lutte contre la COVID-19.

Le secteur primaire, avec une contribution moyenne de près 30,0% à la formation du PIB au cours des cinq dernières années, devrait croître de 4,6% en 2021 après 1,8% en 2020. La croissance de secteur se situerait à 4,8% et 4,9% respectivement en 2022 et 2023.   

Au niveau du secteur secondaire, la valeur ajoutée enregistrerait une hausse de 10,2% en 2021 contre 5,2% en 2020. Cette hausse s’expliquerait par l’amélioration des performances dans toutes les branches du secteur secondaire dont notamment celle des BTP, des industries manufacturières de même que l’augmentation de la production énergétique au travers de la nouvelle centrale énergétique.

Politique gouvernementale cohérente et ambitieuse

Le gouvernement béninois s’est doté en 2018 d’un Plan national de développement qui vise à préciser les repères stratégiques pour l’action de développement sur une période de huit (08) années (PND 2018-2025). Ce plan vient renforcer les acquis du Programme d'actions du Gouvernement 2016-2021 et vise notamment à améliorer la productivité et la compétitivité de l’économie et les conditions de vie de la population avec pour ambition d’atteindre une croissance à deux chiffres à l’horizon 2025. 

Le gouvernement a également mis en œuvre d’autres plans de développement décennaux lancés en 2019 qui se poursuivent. Il s’agit notamment du Plan stratégique de développement du secteur agricole (PSDSA) 2017-2025 ainsi que du Plan national d’investissement agricole, de sécurité alimentaire et nutritionnelle (PNIASAN) 2017-2021. Ces programmes sont soutenus par sept (7) pôles de développement agricole avec la mise en œuvre et le prolongement de la promotion des sous-secteurs du coton, du riz, du manioc, de l’ananas, du maïs et de la noix de cajou.

Les réformes mises en œuvre notamment dans le domaine agricole ont fait du Bénin, le premier pays producteur de coton en Afrique et lui ont permis de se hisser à la 149ème position dans le classement Doing Business 2020. 

Pour avoir une vision plus complète sur l’économie béninoise et les perspectives d’investissement, téléchargez la note d’information du Bénin disponible ici. 

Source : Note d’information du Bénin - Août 2021

Nouveau call-to-action

Inscrivez-vous à notre blog

New Call-to-action