Tags: OPTP

Portée notamment par le secteur agricole, l’industrie extractive et le commerce, le Togo a renoué en 2019 avec une croissance forte projetée à 5,1%, alors qu’en 2017 le taux était de 4,4% contre une estimation de 4,9% en 2018.  Ce renouveau économique, le Togo le doit aussi à la politique du Gouvernement visant l’amélioration de son climat des affaires. Le Plan National de Développement du Togo lancé en 2018 vise notamment à faire du pays, un hub logistique d’excellence dans la sous-région. 

 

Renouveau économique 

À l’instar d’autres pays de l’UEMOA, l’agriculture, l’industrie extractive et le commerce sont les piliers de l’économie togolaise. Si la croissance économique a connu une légère baisse en ressortant à 4,4% durant l’année 2017, après 5,1% en 2016, le pays renoue depuis 2018 avec une croissance soutenue à hauteur de 5% du PIB. 

Ce dynamisme économique est le fruit notamment de la vigueur de la production cotonnière et de l’extraction de phosphate, dont la République du Togo est la cinquième productrice mondiale ainsi que de la bonne tenue du secteur tertiaire. Le pays doit également son redressement économique aux différents travaux réalisés dans le secteur des bâtiments et travaux publics à savoir la construction du port de Lomé et de l’Aéroport International.

 

Le secteur primaire, locomotive de la croissance

L’agriculture demeure le moteur de l’économie togolaise, notamment la production cotonnière. En 2019, la croissance du secteur primaire est attendue à un taux de 6,0% contre 5,6% en 2018 en relation avec l’exécution des projets du secteur agricole à travers le Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire (PNIASA). En terme nominal, le poids du secteur primaire dans le PIB serait de 43,3% en 2019, des performances qui le placent devant le secteur tertiaire, stable depuis 2016 avec un taux de 27%. 

 

Le Plan National de Développement 2018-2022

Après les crises sociopolitiques qui se sont succédées, la République Togolaise a adopté en 2006 des réformes structurelles pour pallier à la pauvreté. Le Gouvernement a ainsi mis en œuvre des politiques de développement dont la SCAPE (Stratégie de Croissance Accélérée et la Promotion de l’Emploi) couvrant la période 2013-2017 grâce à laquelle, le taux de la pauvreté est passé de 58,7% à 55,1% entre 2011 et 2015. A la suite  de la SCAPE, le Gouvernement a lancé le PND (Plan National de Développement) sur la période 2018-2022. Un plan de développement soutenu par l’ambition d’accélérer la croissance, de réduire la pauvreté et les inégalités et enfin de préserver l’environnement. La réalisation du PND est basée sur trois axes stratégiques. Tout d’abord, l’instauration d’un hub logistique  et d’un centre d’affaire qualifiés dans la sous-région. Ensuite, le développement des pôles de transformation agricole et manufacturier ainsi que les pôles d’industries extractives. Enfin, la consolidation du développement social et le renforcement des mécanismes d’inclusion.

Il est attendu que les réformes structurelles du PND portent la croissance du PIB du Togo à hauteur de 7,6% à l’horizon 2022 et que le pays avance de 10 places au classement mondial de l’Indice de Développement Humain (IDH). En effet, le PND vise principalement le développement du potentiel humain à travers divers programmes comme la formation professionnelle, la protection sociale, la responsabilité sociale des entreprises, la poursuite des améliorations dans le domaine de l’éducation générale, de la santé, de la nutrition, des services énergétiques ainsi que de l’eau et de l’assainissement. 

Les résultats des efforts déployés par le Togo ont permis de placer l’économie sur un sentier de croissance.

 

Pour plus d’informations sur la situation économique du Togo, téléchargez la note d’information du pays élaborée par l’Agence UMOA-Titres.

 

Source : Note d’information du Togo - Agence UMOA-Titres - Décembre 2019 

Nouveau call-to-action

Inscrivez-vous à notre blog

New Call-to-action