Tags: OPTP

La zone UMOA demeure l’une des zones économiques les plus dynamiques en Afrique avec un taux de croissance estimé en moyenne à 6,3% sur la période 2017-2019, supérieur à la moyenne des autres pays du continent (3,1% en 2017,3,3% en 2018 et 3,2% en 2019). Elle compte à ce jour huit pays, qui représentent les émetteurs du Marché des Titres Publics. Ces derniers sont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.

Les économies de la zone UMOA ont été dynamiques au cours de ces dernières années. Toutefois, en raison des conséquences négatives de la pandémie de la COVID-19 sur l’économie, l’activité économique devrait ralentir dans la zone en 2020 alors que l’économie mondiale et l’Afrique subsaharienne seraient en récession avec une relance de l’activité attendue à partir de 2021.

Une résilience du tissu économique 

Le tissu économique de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) connaît une amélioration considérable ces dernières années. En 2019, l’activité de l’Union a enregistré un taux de croissance de 6,1%, relativement stable depuis 2017. Pour 2020, il est prévu un ralentissement de l’économie de la zone avec un taux de croissance projeté de 2,6%. Ce ralentissement s’explique par l’impact négatif de la pandémie de la COVID-19 sur les économies des Etats membres. L’inflation est restée modérée dans l’UMOA avec un niveau enregistré de -0,8% en 2019 après 1,2% en 2018. Cette baisse des prix s’explique, notamment, par l’effet combiné d’une baisse des prix des produits alimentaires et d’une baisse de la demande. 

Concernant les opérations financières des Etats, le déficit budgétaire global hors dons s’est amélioré en 2019 avec un taux de 4,3% du PIB contre 5,2% en 2018. Par contre, une dégradation est attendue en 2020 avec un déficit projeté de 8,0% du PIB. Le solde global excédentaire des échanges extérieurs de l’UMOA s’élève à 1 088,2 milliards de FCFA en 2018 alors que celui-ci était à 304,1 milliards de FCFA l’année précédente. L’excédent du solde global des échanges extérieurs de l’UMOA est estimé à 1 659,4 de FCFA en 2019 en hausse de 571,2 milliards de FCFA par rapport à 2018. En revanche, il devrait chuter de 497,7 milliards de FCFA pour s’établir à 1 161,7 milliards de FCFA en 2020.   Le déficit du compte courant s’est légèrement amélioré en 2019 à 5,4% du PIB contre 5,7% en 2018. Il devrait continuer sur cette lancée en 2020 pour atteindre 5,1% du PIB. Cette situation explique par une amélioration du solde de la balance des biens. Au cours de la période 2013-2019, la masse monétaire de l'UMOA a augmenté d'environ 12% par an en raison de l'augmentation de des créances intérieures. 

La politique économique de l’Union au titre de 2020 et les perspectives à moyen terme

Malgré la résilience des pays de l’UMOA aux crises financières et économiques mondiales de ces deux dernières décennies, le secteur agricole demeure vulnérable à cause des différents aléas climatiques et la forte dépendance de l’Union aux exportations de matières premières agricoles et minières non transformées. La vulnérabilité de cette dépendance a été mise en exergue par la baisse des cours des principales matières exportées par les états membres de l’UMOA consécutive à l’impact négatif de la pandémie de la COVID-19 sur l’économie mondiale. A cet effet, la diversification de l’économie demeure un défi à relever pour ces Etats. Toutefois, les perspectives demeurent favorables en raison des réformes économiques adoptées ces dernières années en lien avec les ambitions d’émergence des autorités des pays de l’Union basées sur les Plans Nationaux de Développements (PND) pour la transformation structurelle des économies de la zone.  Les réformes adoptées se traduisent par la dynamique  des économies de l’UMOA, la poursuite de la stabilité politique et enfin les différentes actions à mettre en œuvre pour régler les questions sécuritaires.  

Outre ces réformes, les Etats membres ont mis en place un dispositif de renforcement de la surveillance de leurs politiques macroéconomiques, un marché commun pour renforcer l’intégration économique régionale et des politiques sectorielles pour assurer leurs conditions de développement équilibré et durable.

Pour en savoir plus sur l’évolution des données économiques des 8 émetteurs du Marché des Titres Publics de la zone UEMOA, cliquez ici : lien vers la LP 

Source : Notes d'Information 2020 - UMOA

Nouveau call-to-action

Inscrivez-vous à notre blog

New Call-to-action