Tags: OPTP

Le Mali est un pays enclavé d'Afrique de l'Ouest et le deuxième plus vaste État de l’Afrique occidentale. Il figure parmi les principaux producteurs de coton et d’or en Afrique. Selon l’Institut National de la Statistique du Mali (INSTAT), le pays se caractérise par une population extrêmement jeune avec plus de la moitié (50,1 %) de la population âgée de moins de 15 ans. 

Après la crise de 2012, l'économie malienne a retrouvé une bonne dynamique de croissance. La croissance économique du Mali est ressortie en moyenne à plus de 5,0% sur la période 2015-2019. En revanche, 2020 a été une année particulièrement mouvementée pour le Mali. La situation socio-politique et sécuritaire difficile combinée aux effets néfastes de la crise sanitaire de la COVID-19, ont entrainé une contraction du PIB de 1,6%. L’’économie malienne devrait rebondir en 2021 avec une croissance attendue de 4,3% en lien avec l’apaisement de la situation socio-politique, la maîtrise de l’évolution de la pandémie de COVID-19 et la perspective de l’amélioration de la conjoncture internationale.  

Dans sa nouvelle note d’information, les évolutions récentes et les perspectives à court terme de l’économie malienne sont développées. 

LES SECTEURS PRIMAIRE ET TERTIAIRE, MOTEURS DE LA CROISSANCE DE L'ÉCONOMIE MALIENNE 

Le secteur primaire contribue le plus à la formation du PIB suivi du secteur tertiaire. Au cours de la période 2015-2020, le poids du secteur primaire dans PIB a été en moyenne de 36,8%. Concernant les secteurs tertiaire et secondaire, ils ont représenté en moyenne respectivement 33,0% et 20,2% du PIB sur la période 2015-2020. Au cours de cette période, le PIB non marchand a représenté en moyenne 10,0 % du PIB chaque année. 

Les performances de l’économie Malienne sur la période 2015-2019 sont imputables à la dynamique des secteurs primaire et tertiaire qui ont progressé en moyenne respectivement de 5,8% et 5,9% sur la période, soutenus par la mise en œuvre du Cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable (CREDD 2016-2019).  Quant au secteur secondaire, il a connu une croissance moyenne de 3,3% par an sur la période 2015-2019. 

En raison des effets néfastes de la COVID-19 sur l’activité et la situation socio-politique difficile du pays, le PIB réel du Mali s’est contracté de 1,6% en 2020. Les mesures prises par les autorités pour contenir la propagation de l’épidémie et atténuer son impact sur l’activité n’ont pas suffi à compenser la contreperformance du secteur primaire. Ce secteur a chuté de 5,6% en 2020 liée à la baisse de la production cotonnière consécutive à la baisse des cours mondiaux et aux désaccords sur les subventions aux intrants accordées aux producteurs.  En revanche, le secteur tertiaire a connu une hausse modérée (+0,4%) alors que le secteur secondaire a enregistré une légère baisse (-0,3%).

L’activité économique devrait rebondir en 2021 portée par la dynamique de l’ensemble des trois secteurs.  L’économie malienne devrait retrouver sa dynamique de croissance d’avant COVID-19 en 2022 avec une croissance anticipée de +5,8% après +4,3% en 2021. 

VERS UN DEVELOPPEMENT INCLUSIF ET DURABLE

Le PIB nominal du Mali est passé de 7 747,7 milliards de FCFA en 2015 à 10 125,6 milliards de FCFA en 2019. La richesse créée au cours de cette période a augmenté de 2 479 milliards FCFA. Cette évolution est le résultat des efforts des autorités maliennes pour redynamiser l'économie dans divers secteurs. En raison de la crise sanitaire liée à la COVID-19, le PIB nominal du pays est tombé à 10 011,6 milliards de FCFA en 2020. L'activité économique devrait redevenir dynamique à partir de 2021. La richesse créée ressortirait à 10 594,5 milliards de FCFA en 2021 avant d’atteindre 11 380,2 milliards de FCFA un an plus tard.

Les perspectives économiques et financières à moyen terme du Mali seront soutenues par la mise en œuvre du Cadre stratégique de Relance Economique et de Développement Durable (CREDD 2019-2023). Ces perspectives sont également conformes aux engagements du plan économique et financier triennal appuyé par la Facilité de crédit élargie approuvée par le Fonds Monétaire International (FMI) le 28 août 2019. Le Mali s'est fixé comme objectifs pour la période 2021-2025 :

  • Atteindre un taux de croissance annuel moyen de 5,1% pour la période ;
  • Augmenter la pression fiscale de 15,6% 2021 pour atteindre 17,5 % en 2025 ;
  • Maintenir le déficit budgétaire global et adopter 3,3 % par an en moyenne ;
  • Réduire progressivement le taux d'endettement de 48,0% en 2021 à 38,6% en 2025.

 Les mesures prises sont conformes aux orientations du CREDD, notamment :

  • la consolidation de la démocratie et l'amélioration de la gouvernance,
  • le rétablissement de la paix et de la sécurité ;
  • la promotion d'une croissance économique inclusive et de la transformation structurelle ;
  • le développement du capital humain et l'inclusion sociale, 
  • la protection de l'environnement et le renforcement de la résilience au changement climatique.

 

Afin d'atteindre les objectifs de croissance, le gouvernement entend d'abord continuer à appliquer les accords de paix et de réconciliation, mettre en œuvre les résolutions du Dialogue National Inclusif (DNI), et assurer la sécurité et la stabilité du territoire. 

Enfin, le gouvernement favorisera les conditions d'une transformation structurelle de l'économie et d'une croissance forte et inclusive à travers la mise en œuvre de la loi d'orientation agricole et d'autres modalités.

Pour avoir une vision plus complète sur l’économie malienne et les perspectives d’investissements, téléchargez la note d’information du Mali disponible ici.

Source : Note d’information du Mali - Août 2021.

Nouveau call-to-action

Inscrivez-vous à notre blog

New Call-to-action