Tags: OPTP

Le Marché des Titres Publics (MTP) de la zone UEMOA, compte à ce jour huit (8) émetteurs. Il s’agit du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée-Bissau, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo.

Le Marché des Titres Publics est l’unique marché qui pourvoit aux besoins de financement des Etats membres de l’UEMOA, les émetteurs de titres publics. Pour obtenir les financements, les Etats sollicitent, à travers des procédures adaptées, l’émission de titres publics auxquels participent des acteurs spécifiques.

 

Un tissu économique redynamisé  

Le tissu économique de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) connaît une amélioration considérable ces dernières années. En 2017 et 2018, l’activité de l’Union a enregistré un taux de croissance de 6,6%. Pour 2019, le taux de croissance est attendu à 6,7%. Globalement, toutes les activités des Etats Membres ont enregistré de bonnes performances et ce, en dépit des actes terroristes qui se sont déroulés au Mali, Niger et Burkina Faso. Au niveau des activités économiques, les prix sont restés stables avec une réduction du taux d’inflation allant de 1,1% en 2017 à 0,9% en 2018. Cette amélioration s’explique, notamment, par la maîtrise du prix des produits alimentaires. Concernant les opérations financières, les déficits budgétaires se sont légèrement améliorés en 2018 avec un taux de 4,0% du PIB contre 4,3% en 2017. En 2019, une amélioration importante est attendue avec une estimation de 2,9% du PIB. Le solde global excédentaire des échanges extérieurs de l’UMOA s’élève à 1 142,5 milliards de FCFA en 2018 alors que celui-ci était à 304,1 milliards de FCFA l’année précédente. Le déficit du compte courant  s’accroîtrait de 10,2% en 2018 pour s’établir à 4.470,2 milliards. Une situation qui s’explique par la détérioration du solde de la balance des biens. Entre la fin du mois de décembre 2017 et la fin du mois de décembre 2018, la masse monétaire de l’UMOA s’accroît en même temps que les actifs extérieurs nets et les créances intérieures. 

 

La politique économique de l'Union au titre de 2020

Malgré la résistance des pays de l’UEMOA aux crises financières et économiques mondiales de ces deux dernières décennies, le secteur agricole demeure vulnérable à cause des différents aléas climatiques et la forte dépendance de l’Union aux exportations de matières premières agricoles et minières non transformées. A cet effet, la résilience du développement économique demeure un défi à relever.

Quant à la diversification économique, le constat demeure peu reluisant bien que le niveau du PIB par habitant ait progressé. Les Etats restent, toutefois, optimistes grâce aux réformes économiques adoptées par chaque pays à savoir : les ambitions d’émergence des autorités des pays de l’Union basées sur les Plans Nationaux de Développements  (PND) où chaque pays prend des engagements régionaux et internationaux pour la transformation structurelle de l’économie. Les réformes adoptées se traduisent également par la dynamique retrouvée de l’économie mondiale, la poursuite de la stabilité politique et enfin les différentes actions à mettre en œuvre pour régler les questions sécuritaires.  

Pour en savoir plus sur l’évolution des données économiques des 8 pays de la zone UEMOA du Marché des Titres Publics, cliquez ici. 

 

Source 

Rapport semestriel d'exécution de la surveillance multilatérale de l'UEMOA - juin 2019  

Nouveau call-to-action

Inscrivez-vous à notre blog

New Call-to-action